Jean-Michaël Lavoie

Le nouveau visage d’Ars Nova

Après plus de trente ans d’une collaboration qui a solidement ancré Ars Nova dans le paysage international de la création autant que sur le territoire, Philippe Nahon laissera sa place au jeune chef franco-québécois Jean-Michaël Lavoie, dont le profil et le propos ont séduit l’ensemble de « l’écosystème » Ars Nova. Une transmission heureuse, pleinement assumée et très prometteuse. Découvrez les coulisses d’une démarche de transition rare dans la vie des orchestres et ensembles musicaux français.

 

Novembre 2015. Philippe Nahon annonce à ses équipes qu’il souhaite passer la main après plus de trente années au service de la création, d’un territoire qu’il aime et dont il a fait un terrain de découverte, d’émerveillement, de pédagogie vers des publics toujours plus curieux. Philippe Nahon quittera en janvier 2018 sa direction alors qu’Ars Nova se porte bien, ses projets rayonnent dans le monde malgré un contexte budgétaire tendu. Il faut donc penser l’avenir au plus vite, faire émerger un nouveau projet autour d’une nouvelle personnalité.

Après consultation dans un environnement bienveillant, le nom de Jean-Michaël Lavoie émerge. Formé auprès de Pierre Boulez, Susanna Mälkki et Esa-Pekka Salonen, il fut assistant de l’Ensemble Intercontemporain de 2008 à 2010 et l'un des chefs en résidence du Los Angeles Philharmonic dans le cadre du programme Dudamel Conducting Fellow en 2010. Invité régulier des ensembles spécialisés en musique contemporaine (Ensemble Intercontemporain, Klangforum Wien, Ensemble Modern, Musikfabrik, Ensemble Resonanz, Israel Contemporary Players…), sa carrière internationale le propulse également à la tête de prestigieux orchestres et sur les plus grandes scènes des festivals européens.

Un besoin de s'investir dans un projet d’ensemble avec une ancrage territorial l’animait depuis peu. Juillet 2016, l’équipe d’Ars Nova entre en contact avec lui…

Une première rencontre est organisée lors de l'édition 2016 du festival Musica à Strasbourg. Coup de foudre entre le directeur historique et son futur successeur, ainsi qu'avec les musiciens présents. Des idées, valeurs communes émergent, la personnalité de Jean-Michaël Lavoie séduit. A l’écoute, sans pression, Jean-Michaël entend les désirs, inquiétudes, questions sur l’avenir. Il se nourrit de cet échange pour commencer à mûrir un projet pour Ars Nova, un projet qui nourrit l’âme.

Après avoir apprécié son talent de chef d'orchestre à Cologne quelques semaines plus tard, Philippe Nahon invite Jean-Michaël Lavoie à diriger l’avant-première de l’opéra The Lighthouse, de Peter Maxwell Davies, au Théâtre de Choisy-le-Roi. Les musiciens et les chanteurs sont enthousiasmés et unanimes, tant par la qualité de sa direction et son grand professionnalisme que par la relation chaleureuse et amicale qui s’instaure avec le jeune chef. Philippe Nahon, depuis la salle cette fois-ci, est définitivement séduit, convaincu, rassuré pour l'avenir de l'ensemble.

Un premier projet est commandé à Jean-Michaël, qu'il présentera aux partenaires institutionnels d'Ars Nova quelques mois plus tard. A l’unanimité des partenaires la personnalité et le projet de Jean-Michaël Lavoie sont désignées pour conduire la destinée de l’ensemble à partir de janvier 2018.

Dans les couloirs et l’environnement proche on parle d’alignement de planètes... Les premiers contacts avec les partenaires (DRAC et Région Nouvelle-Aquitaine, ville de Poitiers, TAP…) complètent cette vision et les projets communs se dessinent.

Jean-Michaël Lavoie dévoilera son projet artistique complet à partir de janvier 2018 mais il assure déjà qu’Ars Nova prendra le virage numérique décisif. Une nouvelle expérience inédite de la création sera offerte grâce à un système de captations et retransmissions systématiques. A chaque instant, les portes de l’ensemble seront littéralement ouvertes sur le monde afin chacun puisse vivre, sentir et observer comment l’art est intimement lié à l’état actuel de notre monde et comment la création nous permet de mieux nous relier les uns aux autres. Ars Nova doit non seulement être un moteur de création, il doit maîtriser l’art de s’adresser au public le plus large possible, de le mobiliser et de l’engager en toute confiance et plaisir pour des expériences musicales sans compromis.

Présent aux festivals d’Aix-en-Provence et d’Avignon, Jean-Michaël Lavoie commence à bâtir le nouvel avenir d’Ars Nova dès cet été, avec la bienveillance de Philippe Nahon.

C’est une belle histoire, de celles qui donnent le sourire (qui est d’ailleurs le signe distinctif des deux protagonistes).